Carton et chiffons

Touche à tout : broderie, patchwork, cartonnage, miniatures, petits bricolages décoratifs, promenades, lectures, tricot

lundi 30 mars 2015

L'appliqué n°6

Je commence à traîner un peu les pieds mais pas question 
de laisser tomber. J'irai jusqu'au bout quoi qu'il arrive !

Appliqué n°6

Et cette fois, pas question de me défiler, j'ai fait les boulettes rouges.

Posté par Moutie à 07:51 - Couture, patchwork - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 28 mars 2015

Le parfum des violettes

Violettes

Un parfum subtil, délicat dont je ne me lasse pas.

Bouquets violettes

Trois petits bouquets disposés dans trois tasses : celles de ma grand-mère. 

 

Posté par Moutie à 06:44 - Décoration florale - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 26 mars 2015

Une chemise rose étriquée

C'est une chemise que j'ai achetée à très bas prix, il y a quelques années.
À vue de nez, ça devait être ma taille, inutile de l'essayer m'étais-je dit. 

Chemise rose1

Une fois rentrée à la maison, je constate que  cette chemise est trop
petite. Je suis mal à l'aise, boudinée au niveau des hanches.
Je l'ai donc abandonnée dans mon placard en espérant la mettre un jour si,
 éventuellement, je perdais un peu de poids. Bof, autant croire au Père-Noël !

Comme mes rondeurs sont toujours là, bien décidées à rester où elles sont,
j'ai décidé d'agir et d'employer les grands moyens.

Deux coups de ciseaux plus tard et une petite astuce maison :

Chemise rose2

L'astuce consiste à découper deux triangles dans un tissu très différent 
(une ancienne taie d'oreiller dans mon cas) et à les glisser de chaque côté
(j'avais auparavant agrandi les fentes latérales). Voilà ce que ça donne :

Chemise rose détail

Maintenant, je peux porter ma chemise rose. Inutile de faire
un régime draconien. À moi la belle vie !

Posté par Moutie à 07:07 - Couture, patchwork - Commentaires [9] - Permalien [#]

mardi 24 mars 2015

Indigo

En ce moment et jusqu'au 18 avril, on peut voir à la bibliothèque Forney
à Paris, une exposition intitulée INDIGO un périple bleu :

Indigo-poster

Un voyage à travers le monde pour découvrir des costumes populaires,
des objets du quotidien qui ont tous un point commun : leur couleur bleue.

L'indigo est une des plus anciennes techniques de teinture et d'impression.
La couleur bleue est obtenue à partir de plantes (sauvages ou cultivées),
toutes de la même famille, que l'on fait macérer et fermenter. 

En Europe (bien avant les fameux jeans), les tenues de travail sont bleues :

Blouse normande

Vêtements paysannes Europe

Au Japon, dès le XIIe siècle, les samouraïs préfèrent le bleu. 
Nobles et paysans portent des vêtements teints à l'indigo.

Indigo Japon

Un ancien casque de pompier japonais : 

Casque pompier japonais

 Une étonnante housse de futon faite d'une supperposition de chutes de coton indigo :

Housse futon

Autrefois, au Japon, le coton était rare. Le moindre petit morceau récupéré 
était recyclé. Ces textiles appelés boro reflètent la misère paysanne.
Longtemps méprisés, ils sont considérés aujourd'hui par
 les collectionneurs comme de véritables œuvres d'art.

Dans la Chine des minorités ethniques (chez les Miao par exemple), les femmes
cultivent des plantes à bleu qui servent à teindre les textiles avec lesquels
elles confectionnent de superbes vêtements indigo aux broderies multicolores :

Veste chinoise1

Veste chinoise2

Veste chinoise3

Parfois, la couleur des vêtements est presque noire :

Veste chinoise4

En Afrique de l'ouest, il subsiste encore quelques foyers où les artisans
teinturiers survivent tant bien que mal. Au pays Dogon, au Mali, quelques 
villages possèdent encore des communautés de teinturières. 

tissu africain

Au Vietnam, l'habit fait l'ethnie. Chaque groupe se différencie par son costume.
Les plantes à bleu varient d'une vallée à l'autre. L'usage de l'indigo est
 commun à presque toutes les ethnies qui aiment les bleus très foncés.
Une magnifique jupe plissée portée par les femmes de l'ethnie Hmong fleur :

Jupe plissée Vietnam

J'aurais pu aussi vous parler de l'Inde, de l'Amérique centrale et de l'Amérique du sud
mais je ne peux pas tout vous dévoiler. Il faut bien garder une part de mystère
pour celles qui iront visiter cette exposition (j'y ai vu très peu de messieurs).

En repartant, n'oubliez pas d'admirer l'architecture de l'hôtel de Sens :

Bibliothèque Forney

Hôtel de Sens-bibliothèque Forney, 1 rue du Figuier (4e arrondissement).

Hôtel de Sens
Hôtel de Sens (côté jardin). 

Posté par Moutie à 06:56 - Promenades, découvertes - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 22 mars 2015

Des nouvelles de mes lapins

Mes lapins vont bien, ils commencent à prendre forme.
Les voici :

Lapins

Bon dimanche à tous ! 

Posté par Moutie à 07:56 - Couture, patchwork - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 20 mars 2015

Pour les virtuoses de la cuisine

Une adresse incontournable à Paris, un paradis, une caverne d'Ali Baba
pour les professionnels mais aussi pour les cuisiniers du dimanche.
Je veux parler de la boutique Dehillerin située dans le quartier des Halles,
au 18-20 rue Coquillière (dans le premier arrondissement).

Dehillerin extérieur

Approchons-nous de la vitrine :

Dehillerin extérieur2

Cet établissement qui date, je crois, de 1890 a gardé son décor d'origine.
Une visite s'impose même si la cuisine n'est pas votre passe-temps favori.

Du sol au plafond, les rayonnages en bois sont remplis de matériel de cuisine :

Dehillerin intérieur1

Vous désirez un couteau ? Le choix est impressionnant. Même chose
pour les casseroles en cuivre, en inox, les moules à gâteaux, les fouets...

Dehillerin intérieur2

Dehillerin intérieur3

Il faut descendre au sous-sol.
C'est sombre, vieillot, c'est le dépaysement total.

Dehillerin intérieur4

Si vous ne trouvez pas l'ustensile de vos rêves dans cette boutique,
vous ne le trouverez probablement nulle part ailleurs.

Posté par Moutie à 07:56 - Souvenirs d'autrefois - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

mardi 17 mars 2015

Le théâtre des Variétés à Paris

C'est l'un des plus anciens théâtres parisiens encore en activité. Classé
monument historique depuis 1974, il doit sa création à Marguerite Brunet
dite Mlle Montansier, un personnage d'une vivalité étonnante.

Le 24 juin 1807, les Parisiens découvrent ce nouveau théâtre situé à
deux pas du passage des Panoramas, au n° 7 boulevard Montmartre.
C'est dans ce même théâtre que Jacques Offenbach donna,
en 1864, son opéra-bouffe La Belle Hélène.

Théâtre Variété façade

 C'est un théâtre à l'italienne avec un beau décor rouge et or, 
un superbe plafond et un lustre majestueux.

Théâtre Variéts1

Théâtre Variétés2

Théâtre Variéts3

Placés à l'orchestre, face à la scène, nous avons vu Le bouffon du Président
dans de bonnes conditions. Néanmoins, de nombreux spectateurs se plaignent
de l'inconfort des sièges ou du manque de place pour caser leurs jambes.
C'est l'inconvénient des théâtres anciens. Voir un spectacle derrière
 une colonne ou en se trémoussant sans arrêt, c'est fort désagréable...

Posté par Moutie à 07:12 - Promenades, découvertes - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

lundi 16 mars 2015

Ouvrage mère-fille, encore et toujours

Voici le piécé n° 5 du Jingle BOM :

Jingle BOM piécé5

On arrive au virage, on voit presque le bout du tunnel !

Posté par Moutie à 07:12 - Couture, patchwork - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 14 mars 2015

L'abécédaire de Gazette (seconde partie)

Abécédaire Gazette2

 Et voici l'ouvrage de Denise (rapide comme l'éclair !) :

Gazette (2) Denise

 

Posté par Moutie à 08:06 - Broderie - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 mars 2015

D'autres vieux commerces parisiens

Restons dans le domaine de la gourmandise avec la plus ancienne
pâtisserie de Paris : la pâtisserie Stohrer.

En 1725, Louis XV épouse Marie Leszcynska, la fille du roi Stanislas de Pologne.
Son pâtissier la suit à la cour de Versailles.
En 1730, Nicolas Stohrer ouvre sa pâtisserie au 51 rue Montorgueil,
dans le deuxième arrondissement de Paris :

Patisserie Stohrer façade

Patisserie Stohrer enseigne

Elle est classée monument historique pour sa façade et ses décors intérieurs.
Le plafond est remarquable :

Patisserie Stohrer plafond

C'est ici que l'on trouve, selon Le Figaro, le meilleur éclair au chocolat de Paris.
Je ne peux pas vous donner mon avis, je me suis contentée de les regarder...

Nous changeons maintenant complètement de domaine.
Nous allons Au Renard Blanc, 8 rue des Halles, dans le premier
arrondissement, pour voir une très étonnante boutique :

Au Renard Blanc façade

Étienne Aurouze créa cette boutique en 1872. Il proposait des pièges pour
 éradiquer les rats, souris et autres bestioles nuisibles tout aussi charmantes.

Approchons-nous pour regarder la vitrine :

Au Renard Blanc vitrine

Non vous ne rêvez pas, ce sont bien des rats qui sont suspendus dans la vitrine.
N'ayez pas peur, ils sont là depuis... 1925, donc particulièrement bien desséchés !
Ils ont été capturés aux Halles, nous dit-on.
Je n'ai pas osé rentrer dans la boutique, j'en avais assez vu comme ça.

Chères amies lectrices, j'espère que vous n'avez pas fui à toutes jambes.
Mes prochains vieux commerces parisiens seront d'un tout autre genre
et raviront les marmitons et les couturières. À bientôt, j'espère.

Posté par Moutie à 07:20 - Souvenirs d'autrefois - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


Fin »