Carton et chiffons

Touche à tout : broderie, patchwork, cartonnage, miniatures, petits bricolages décoratifs, promenades, lectures, tricot

mercredi 19 juin 2019

Fondant chocolat courgette

Oui vous avez bien lu, je ne me suis pas trompée.
J'ai découvert cette recette de gâteau par hasard et
ce mélange chocolat courgette m'a intriguée.

J'ai essayé et voilà le résultat :

gâteau choco courgette

M. Moutie, mon seul cobaye, a trouvé que le goût du chocolat
était très présent (il n'est pas très amateur de chocolat).
Moi, je l'ai trouvé moelleux. On ne sent absolument pas le goût
de la courgette et en plus, c'est un gâteau sans beurre
avec très peu de sucre. Intéressant, n'est-ce pas ?

Si cette recette vous tente, vous la trouverez chez Déborah.

Posté par Moutie à 08:44 - Cuisine - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 13 juin 2019

Aigu'illes en Luberon : suite et fin

Voici d'autres belles rencontres.
Tout d'abord, une créatrice très inspirée par la nature.
Grâce au collage et à la broderie, Nati Lanau imagine
des quilts contemporains qui ont retenu toute mon attention.

Akiko Nati Lanau
Akiko. Nati Lanau.

Hinata Nati Lanau
Hinata.  Nati Lanau.

Certains motifs floraux sont partiellement brodés au ruban
et cela donne du relief à ses créations. Une bonne idée !

Broderie ruban Nati Lanau

Autre brodeuse, autre style de broderie : Liz Maidment est une créatrice
anglaise qui fait de ravissantes broderies tout en finesse.

Liz Maidment1

Liz Maidment2C02306

Liz Maidment3

Pour apprécier toute la délicatesse de ses œuvres, il faut
les regarder de très près.

Patricia Fuentes est une artiste suisse qui, pendant toute une année,
a décidé de faire, chaque jour, une mini création.
Selon l'humeur du jour, elle a brodé, appliqué, cousu des boutons
sur des petits carrés de tissu.

Elle a ensuite assemblés ces 365 carrés pour en faire un quilt :

365 émotions Patricia Fuentes
365 émotions
. Patricia Fuentes.

J'ai trouvé que cette idée était amusante et j'ai décidé de la copier.
Par contre, j'ai des ambitions plus modestes, 100 carrés me semblent
un but plus facile à atteindre (j'ai déjà commencé,
je vous montrerai mes débuts prochainement).

Entente cordiale dans le petit village de Mirabeau : deux copines,
une Russe et une Américaine présentaient leurs quilts côte à côte.
Toutes les deux sont expertes en patchwork mais j'avoue
avoir une préférence pour Marina Kontsevaya.
Ses œuvres sont très sobres avec un très beau travail de quilting.

Bamboo Marina K
Bamboo. Marina Kontsevaya.

Way out Marina K
Way out. Marina Kontsevaya.

Behind the garden lattice Marina K
Behind the garden lattice. Marina Kontsevaya.

Les œuvres de sa copine américaine, Susan Pons, sont également
dignes d'intérêt mais un peu trop colorées à mon goût (trop de
mélange de tissus).
La suivante est tout de même bien lumineuse :

Twisted Flowers
Twisted Flowers. Susan Pons.

Un gros matou dort sur une œuvre de Susan :

Matou Susan Pons

Une artiste néerlandaise qui a beaucoup de talent : Ineke Van Unen.

La nuit Ineke Van Unen
La Nuit. Ineke Van Unen.

Le bonheur Ineke Van Unen
Le Bonheur. Ineke Van Unen.

La Liberté Ineke Van Unen
La Liberté. Ineke Van Unen.

Pour terminer ce message, grand coup de chapeau à une grande Dame
de la broderie, Jocelyne Kurc.
 Elle a reçu le titre de Meilleur ouvrier de France
en 1997 pour la peinture à l'aiguille et c'est amplement mérité !

En 2004, elle a inventé une nouvelle manière de broder
à la façon d'un dessin. Elle a commencé la broderie à
 l'âge de 10 ans et, un demi-siècle plus tard, elle brode toujours.

Le magazine Maison et Jardin (juin 2019) lui a consacré un article.

Pour voir les œuvres de Jocelyne Kurc, c'est ICI
et sur Pinterest.

Grande

Posté par Moutie à 07:31 - Couture, patchwork - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 7 juin 2019

Aigu'illes en Luberon : mes rencontres

Le week-end dernier, je suis allée aux sixièmes rencontres
de patchwork et d'art textile dans le Sud Luberon.
Treize villages et 31 pôles d'expositions : artistes internationaux
et nationaux, collectionneurs, commerçants, créateurs...
Il ne fallait pas perdre de temps pour tout voir.

En deux jours, j'ai tout vu et j'ai fait de belles découvertes.
J'ai pris de nombreuses photos mais, bien entendu, je vais vous
 faire un résumé rapide, autrement vous allez partir à toutes jambes.

Commençons par une brodeuse d'exception : Ina Statescu.
Elle est d'origine roumaine et elle vit en France depuis 10 ans.
J'avais déjà entendu parler d'elle mais je n'avais jamais vu ses œuvres.
Son univers poétique est peuplé de fleurs, d'oiseaux, d'insectes...
Il faut regarder ses créations de très près pour admirer son extraordinaire
technique, ses jeux de transparence et ses effets de lumière.

Ina Statescu 1

Ina Statescu2

Elle est capable de broder sur des supports transparents comme du tulle :

Ina Statescu3

Plus de photos sur son site ICI.

Un univers totalement différent : celui de Marga Barrio.
Elle est Espagnole et elle fait du patchwork. J'aime beaucoup
son travail car elle mélange les matières pour créer quelque chose
de très original et surtout, elle fait de la récupération.

Marga Bario1

De plus près, on remarque de fines lamelles de bois dans ce quilt :

Marga Bario1 bis

Encore du bois ici :

Bois brodé

Le chanvre rustique voisine avec le fin liberty pour donner
naissance à des coussins et à des pochettes :

coussins Marga Bario

Je ne jette jamais rien, dit Marga. Quand j'utilise un vieux drap,
je découpe les parties encore en bon état mais je ne peux
me résoudre à jeter la partie trouée.
Et voilà ce que ça donne :

Vieux drap1
Vieux drap.

Vieux drap bis
Vieux drap (détail).
Pour mieux la connaître, c'est par .

On me dit souvent que le patchwork est un loisir onéreux.
Moi je ne suis pas d'accord : le patchwork est à l'origine
un art de la récupération. Comme les pionnières américaines, on peut
encore créer aujourd'hui des œuvres originales avec peu de moyens.
Regardez dans les vide-greniers (on trouve souvent de jolis
vêtements d'enfants pas chers du tout), et n'oubliez pas les puces
des couturières, des mines d'or !
Inutile d'acheter des tissus américains ou japonais hors de prix.
Faites comme Marga, recyclez les chemises d'homme :

Patch chemises homme

C'est vrai qu'il en faut beaucoup (soit Marga a beaucoup d'hommes, soit
son Homme use beaucoup ses chemises !).

Même démarche intéressante chez une jeune femme, Marrit Veenstra.
Elle crée ce qu'elle appelle des chiffons habités.
Elle récupère du linge ancien qui a vécu et valorise les raccommodages,
les coutures minutieusement faites à la main.
Ses créations sont discrètes, sans chichis, on peut facilement passer
devant son stand sans les voir. C'est dommage !

Juste quelques perles et une fine broderie noire pour mettre en valeur
ces chiffons habités :

chiffon habité1

chiffon habité2

Si comme moi vous êtes sensible à sa démarche, allez la voir sur son site Typo M.

Le Carrefour Européen du Patchwork exposait un bel ensemble
d'œuvres sélectionnées pour le concours international 2018
«Au fil des saisons». Trente-huit artistes sélectionnées, du haut de gamme !

En voici quelques unes :

human seasons
The human seasons. Hilda Van Schaardenburg.
(un quilt très scintillant)

Symphony des saisons
Symphony des saisons. Monica Flake.

Et voici le premier prix :

la neige
La neige est si pure, comme le regard de l'enfance.
Forcadell Montserrat.

J'ai encore bien des choses à vous raconter. On se retrouve
un peu plus tard, si vous le voulez bien.

Posté par Moutie à 09:06 - Couture, patchwork - Commentaires [9] - Permalien [#]

mardi 4 juin 2019

Dans les jardins de madame la Baronne

Revenons à nos moutons ou plutôt à nos jardins !

Pour aménager ses jardins, Béatrice Ephrussi de Rothschild
a fait appel à des personnalités de renom. Aménager un parc sur un
 promontoire caillouteux battu par les vents n'était pas une mince affaire.

À sa mort, en 1934, la propriété a été léguée à l'Institut de France
et les jardins réaménagés.
Les visiteurs actuels découvrent avec ravissement 9 jardins
thématiques : jardin espagnol, florentin, japonais, roseraie...

Murs ocres et arcades pour le jardin espagnol,
ambiance orientale :

Jardin espagnol 1

Un étroit canal traverse ce jardin :

Jardin espagnol2

Une toute autre ambiance règne dans  le jardin lapidaire :  bas-reliefs
et gargouilles proviennent d'édifices religieux. Des fontaines,
des arceaux, toute une accumulation d'œuvres d'art qui
 n'ont pas trouvé de place dans la maison.

Jardin lapidaire

Sans transition, nous passons dans le jardin japonais : un jardin zen
où l'eau est omniprésente. Pont, lanternes, vasques, pavillon en bois
et même carpes koï : tous les symboles habituellement
présents dans les jardins japonais sont là.

Jardin japonais 1

Jardin japonais 2

Le jardin exotique ou jardin mexicain est le royaume
des plantes succulentes. Un véritable dépaysement !

Jardin mexicain1

Jardin mexicain2

En cette période, de nombreuses cactées sont en fleurs :

Cactée fleurie

  Une protée originaire d'Australie :

Protée
Grevillea longistyla (Grévillier)

La roseraie compte cent variétés de roses. La rose était la fleur
préférée de la Baronne (l'une d'elles porte même son nom).

Vue sur la mer, en passant :

Vue mer

Traversons le jardin provençal et cheminons jusqu'au
 temple de L'Amour (réplique exacte de celui de Trianon) :

temple Amour

La vue sur le jardin à la française et sur la villa est superbe :

villa Ephrussi jardin1

Villa Ephrussi jardin2

Nous avons passé un très agréable après-midi.
Je vous recommande vivement cette visite si vous passez
dans la région de Nice. La visite est libre avec audioguide
(les commentaires sont très intéressants) et le tarif est raisonnable.

Posté par Moutie à 07:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 29 mai 2019

Bienvenue chez la baronne de Rothschild

Béatrice de Rothschild naît à Paris en 1864. Son père
est un baron grand collectionneur d'art ancien.
À 19 ans, elle choisit pour époux Maurice Ephrussi, un milliardaire russe
ami de la famille. Il est plutôt laid, il a 34 ans et c'est un grand
amateur d'art.Très vite, il va dilapider sa fortune au jeu.
 Ils se séparent en 1904.

En 1905, à la mort de son père, Béatrice Ephrussi de Rotchschild
hérite d'une immense fortune.
À cette époque, la Côte d'Azur est le lieu de villégiature privilégié
de la haute société. Béatrice achète 7 hectares de terrain rocheux
au Cap Ferrat et décide d'y construire un somptueux palais
de style Renaissance. La construction durera sept ans.

La villa rose entourée de ses magnifiques jardins est  encore
de nos jours un des plus beaux palais de la Côte d'Azur.
Elle attire de nombreux visiteurs.

Façade villa Ephrussi de R

Nous pénétrons tout d'abord dans un grand patio. Son style
contraste avec le reste de la villa.
Piliers en marbre rose de Vérone, éléments provenant d'églises
ou de couvents, galerie évoquant les villas vénitiennes :

Patio1

Patio2

 C'est ici que Béatrice donnait de somptueuses réceptions.

Nous arrivons maintenant dans le grand salon.
La maîtresse de maison aimait les meubles et les objets d'exception.
Elle aimait tout particulièrement le style Louis XVI.

Grand salon 1

Magnifique vue sur la baie de Villefranche-sur-Mer :

Grand salon 2

Plafond peint :

plafond peint

Le boudoir est une de mes pièces préférées. C'est devant ce ravissant
bonheur-du- jour que Béatrice faisait sa correspondance :

Bonheur du jour

Grâce au téléphone, Béatrice était joignable à tout moment.

Couleurs douces et boiseries délicates :

Boudoir

La chambre de la maîtresse de maison est un modèle de raffinement.
Le lit vénitien est recouvert d'une soierie de Chine :

Chambre Béatrice 1

Sur la commode, un portrait de Béatrice jeune fille et
sur le fauteuil, une de ses nombreuses robes :

Chambre Béatrice2

Portrait Béatrice

 Madame la baronne était une femme moderne et sportive : elle
assistait à des matches de boxe, patinait, jouait au tennis
et conduisait parfois seule son automobile.
Très excentrique, elle était entourée d'animaux : des caniches, des singes
et même une mangouste... Certains mangeaient même avec elle.
Deux petits fauteuils de style Louis XVI pour ses animaux :

Fauteuils animaux

Elle avait même organisé un mariage pour ses chiens....

La maison renferme de nombreuses œuvres d'art notamment
des porcelaines, des dessins et des tapisseries.

Montons maintenant au premier étage où se trouvent les chambres
des invités. Arrêtons-nous un instant sur la terrasse-loggia pour admirer
la vue sur le jardin à la française :

Jardin française

Tout au fond du jardin, le temple de l'amour :

Jardin française 2

La chambre bleue est une des plus agréables avec sa triple exposition
sur la mer et les jardins. Le mobilier est français et italien :

chambre bleue

 Chaque chambre possédait tout le confort moderne : électricité,
salle de bains, chauffage. Il y avait même un ascenseur dans la maison.

Avant de partir à la découverte des 9 jardins de la villa, je vous propose
de faire une pause. Que diriez-vous d'une tasse de thé
dans l'ancienne salle à manger de Béatrice ?

Posté par Moutie à 08:01 - Promenades, découvertes - Commentaires [7] - Permalien [#]

lundi 27 mai 2019

L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent

Le musée des arts asiatiques de Nice présente une exposition
qui rassemble 35 créations du couturier Yves Saint-Laurent
inspirées de la Chine, de l'Inde et du Japon.

Ces créations dialoguent avec des œuvres issues des
collections du musée des arts asiatiques de Nice.

L'Inde est une source d'inspiration importante pour Yves Saint-Laurent.
Ses robes drapées rappellent le sari, tenue traditionnelle de l'Inde du Sud.

Cet ensemble du soir, par exemple, évoque les couleurs vives
des costumes du Rajasthan :

Ensemble du soir Yves St L

Le turban, les broderies, sont directement inspirés de l'univers
fastueux des Maharajas, de même que certains bijoux :

Bijou Yves St L

Le couturier visite le Japon en 1963. Il est fasciné par son
raffinement délicat. Il réinterprète le kimono pour en faire
une tenue du soir originale :

Kimono du soir Yves St L

Sur la photo suivante un paletot-kimono du soir
à motifs de chrysanthème, symbole de l'Empereur (YSL 1994) :

Kimono motif chrysanthème

À l'arrière plan, un kimono de cérémonie blanc à décor de grues (vers 1950,
collection du musée des arts asiatiques Nice).
Ce vêtement de cérémonie porté durant le mariage porte  le motif
de la grue, symbole de longévité :

Motif grue

Yves Saint-Laurent ne découvrit la Chine que tardivement, en 1985,
à l'occasion de l'exposition qui lui était consacrée à Pékin.
Il s'était fait une idée de ce pays  grâce aux livres, au théâtre, au cinéma
et aux objets collectionnés par son ami Pierre Bergé.

Ce gilet du soir orné de dragons à 5 griffes, motif emprunté
au vestiaire impérial chinois, est une création YSL :

Gilet soir YSL

Cette robe chinoise à décor floral date, elle, de la fin du XIXe siècle :

Robe chinoise 19e s

Chapeau chinois, bottes et pantalon pour ce superbe ensemble rouge YSL :

DSC02091

Exposition à voir au musée des arts asiatiques de Nice
jusqu'au 6 octobre 2019. L'entrée est gratuite.

Posté par Moutie à 07:44 - Promenades, découvertes - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 21 mai 2019

La jupe froncée selon Modes et Travaux

Une jupe froncée à la taille, c'est facile à coudre et facile à porter
mais quand on a un petit ventre rond...

Modes et Travaux a trouvé une solution : la ceinture
de la jupe est plate devant et derrière et les fronces sont
réparties uniquement sur les côtés grace à un large élastique.

Voilà ce que ça donne :

jupe Modes et Travaux

Patron gratuit trouvé dans Modes et Travaux (mars 2019).

Posté par Moutie à 09:49 - Couture, patchwork - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 13 mai 2019

Ma première récolte de cerises

Il y a un mois environ, nous sommes allés à la jardinerie
la plus proche pour acheter un cerisier.
Première difficulté : il devait être petit pour entrer dans la voiture.
Et puis, quelle variété choisir ?

Arrivés à la maison, nous l'avons planté avec d'infinies précautions
au beau milieu de la pelouse. Il semblait heureux car il s'est couvert de
 fleurs. Un régal ces jolies fleurs blanches qui annoncent le printemps !
Les abeilles venaient les butiner. Tout se passait à merveille jusqu'au
jour où un commando de fourmis a décidé d'installer des élevages
de pucerons dans mon arbre. Conséquence : les feuilles couvertes
de bestioles noires ont commencé à se recroqueviller.

Vite, il était urgent d'intervenir ! J'ai essayé les feuilles de menthe,
les tranches de citron... ça n'a absolument pas dérangé les fourmis.
Par contre, une bande collante autour du tronc les a stoppées net.
(la bande marron que l'on utilise pour fermer les paquets marche bien).
C'est cruel, je sais, mais elles n'avaient qu'à s'installer ailleurs !

Quelques cerises ont commencé à se former puis à rougir (6 ou 7
pas plus mais c'était mieux que rien).
La partie n'était pas encore gagnée : le mistral a soufflé très fort pendant
plusieurs jours et puis, les oiseaux aussi avaient repéré mes cerises...

Bref, voici ma récolte :

Cerises

M. Moutie en a mangé une et moi j'ai mangé l'autre, pas de jaloux !

Pour les confitures, il faudra attendre encore quelques années.

 

Posté par Moutie à 10:34 - Nature - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 6 mai 2019

Un sac très rustique

Au départ, c'était une chemise de nuit ancienne achetée
quelques euros dans un vide-greniers.
Je ne pensais pas la porter car le tissu est extrêmement raide
et inconfortable. Elle n'a d'ailleurs jamais été portée mais la personne
qui l'a cousue avait brodé ses initiales au point de croix sur le devant :

Chemise grand-mère

Bien que très rustique, le tissu me semblait intéressant pour faire
un sac résistant qui serait inusable.

Après de longs mois (années) de réflexion, le sac est terminé :

Sac avant
Sac devant.

Quelques points de broderie et des petits boutons pour le rendre plus féminin :

Sac détail

 

Sac arrière

À l'arrière, une étiquette avec les initiales que j'ai récupérées (la dame
d'autrefois ne se sera pas fatiguée pour rien).

J'ai trouvé le patron dans ce petit bouquin :

Lisette

J'ai un peu galéré pour coudre ce sac , pour faire les finitions à la main
notamment, car ce tissu est extrêmement dur à coudre.

Posté par Moutie à 07:46 - Couture, patchwork - Commentaires [10] - Permalien [#]

jeudi 25 avril 2019

Grand coup de jeune pour la broderie !

Clémentine Brandidas est une jeune femme qui brode des œuvres
délicates qui n'ont rien à voir avec les napperons de grand-maman.

Ancienne élève de la prestigieuse école parisienne Duperré,
Clémentine exposera son remarquable travail à la biennale des métiers
d'art, au Grand Palais à Paris, du 23 au 26 mai 2019.

Son inspiration : la mer et la nature en général.

Clémentine B

À voir sur Instagram.

Posté par Moutie à 07:44 - Broderie - Commentaires [2] - Permalien [#]