Carton et chiffons

Touche à tout : broderie, patchwork, cartonnage, miniatures, petits bricolages décoratifs, promenades, lectures, tricot

mercredi 11 janvier 2017

Ces extravagantes sœurs Mitford

En 1904, David Mitford épouse Sydney Bowles. Les jeunes époux éprouvent
le même attachement pour les traditions et les valeurs de l'aristocratie anglaise.

Le couple aura 7 enfants : 6 filles et un garçon ( Nancy, Pamela,Thomas,
Diana, Unity, Jessica et Deborah).
Entre temps, à la mort de son père en 1916, David Mitford est devenu lord Redesdale.

La vie de cette aristocratique famille anglaise aurait pu se dérouler
tranquillement, selon les rites et les règles en vigueur à cette époque.

« Ma femme est normale, je suis normal et nos filles sont toutes
plus folles les unes que les autres ! » s'étonnait lord Redesdale,
leur père, au cours des années trente.

Il n'était peut-être pas aussi « normal » qu'il le prétendait mais il faut
reconnaître qu'il avait touché le gros lot avec toutes ces filles !

La plus « nunuche » des sœurs est l'aînée, Nancy. Quand elle rencontre
Hamish Saint-Clair Erskine, c'est son premier grand coup de foudre. Son frère a beau la
  mettre en garde : c'est un bon à rien et il est homosexuel. Nancy refuse de l'écouter.
Il est son fiancé et elle le proclame. Finalement, le mariage n'aura pas lieu.
Jusqu'à la fin de sa vie, alors qu'elle est devenue une romancière à succès,
elle se comporte comme une petite fille amoureuse. Elle aime un dandy mondain
qui lui préfère sa carrière politique. Il l'appelle, elle accourt, il est la flamme qui
 illumine sa vie... Elle a cru qu'il l'épouserait un jour mais il en choisit une autre.

La plus « folle » est incontestablement Unity. Elle a besoin, au sein de cette
famille excentrique de se distinguer encore plus que les autres.
Fascinée par l'Allemagne nazie, elle devient la « groupie » de Hitler.
À la déclaration de guerre, elle se tire une balle dans la tête mais elle se rate.

La sœur que je préfère, c'est Jessica. Très jeune, elle part pour l'Espagne,
s'enthousiasme pour la révolution et se marie sans l'accord de ses parents.
Veuve très jeune, elle émigre aux États-Unis, se remarie avec
un avocat juif et adhère au parti communiste.
Toute sa vie, elle se battra contre l'injustice. Elle milite pour construire
un monde meilleur à côté des faibles et des humiliés. La lutte antiraciste
devient sa première raison d'être. Elle hait la police blanche, adore
les travailleurs noirs et les communistes. Elle hait les châteaux
de son enfance. Jessica est une femme passionnée qui n'a peur
de rien, au contraire, le danger lui donne des ailes.

Seules Pamela et Deborah suivront la voie souhaitée par leurs parents.
Pamela vivra en parfaite gentlewoman farmer avec ses chiens, ses poules
et ses chevaux dans une maison qui a échappé à la modernité.

Au château de Chatsworth où elle finira sa vie, Deborah invitait parfois
la famille royale. La duchesse de Devonshire gérait son château comme
une entreprise. Elle avait compris que, de nos jours, c'est l'argent
et la célébrité qui confèrent le pouvoir et non la classe sociale.

Avec « Ces extravagantes sœurs Mitford », Annick Le FLOC'HMOAN nous propose
une biographie très bien documentée. Je vous la recommande si vous vous
intéressez à l'aristocratie anglaise et aux excentriques dames anglaises.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Moutie à 07:10 - Lecture - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Bonjour, tout un programme !!!!!!!

    Posté par Isa, mercredi 11 janvier 2017 à 07:52
  • Très tentant ton livre, quelle famille !! Belle semaine

    Posté par christine, mercredi 11 janvier 2017 à 08:27
  • Je l'ai lu plusieurs fois. Avec ce livre, j'ai vraiment compris que l'Angleterre avait échappé à la révolution de la fin du 18e et découvert le pouvoir de l'aristocratie britanique. Elles étaient "tapées" ces dames! Diana, épouse de Mosley, leader de l'extrême-droite britanique, était glaçante. J'ai lu les 2 ou 3 ouvrages de Deborah ensuite, gentil, sans plus. Avec ces livres, j'entre dans un autre monde.

    Posté par flore-et-berthe, mercredi 11 janvier 2017 à 09:13
    • On avait les fascistes d'un côté et les communistes de l'autre, quelle
      famille !!!
      Nancy écrivait des romans sur l'aristocratie anglaise, Deborah des
      livres sur les jardins et Jessica publiait des pamphlets contre les
      pompes funèbres américaines ou pour défendre la cause des noirs...
      On ne pouvait pas mettre certaines sœurs dans le même bocal... ça
      faisait des étincelles.

      Posté par Moutie, mercredi 11 janvier 2017 à 10:11
  • Ca fait un moment que je veux lire un ouvrage sur ces célèbres soeurs. Je le note immédiatement !

    Posté par GirlyMamie, mercredi 11 janvier 2017 à 11:39
  • Je note les références,grâce à ton résumé ce livre me tente bien

    Posté par Lotus, mercredi 11 janvier 2017 à 14:28
  • Pour en savoir plus

    Passionnant, comme tout ce qui traite de cette incroyable famille. Pour en savoir plus, notamment sur la branche principale, et pour retrouver des portraits de membres encore plus extravagants, j'ai lu, en anglais mais c'est vraiment très abordable, un autre livre, véritable bible pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire de l'Angleterre et aux Mitford: "The Mitford family ; nearly a thousand years of History", par Hugh Mitford Raymond, ISBN 978-1-903506-44-8. Tout simplement indispensable et so incredible!

    Posté par Laurent, jeudi 12 janvier 2017 à 09:15
    • Oh merci Laurent. Cette famille est tellement originale... elle ne peut
      qu'inspirer les écrivains !

      Posté par Moutie, jeudi 12 janvier 2017 à 17:06

Poster un commentaire