Carton et chiffons

Touche à tout : broderie, patchwork, cartonnage, miniatures, petits bricolages décoratifs, promenades, lectures, tricot

samedi 19 janvier 2019

Une pensée pour Camille Claudel

Une magnifique artiste reconnue de nos jours dans le monde
entier, mais ce ne fut pas toujours le cas.

Une vie hors du commun qui inspira les écrivains et les cinéastes.
On se souvient du très beau roman d'Anne Delbée Une femme, Camille Claudel
  et du film sorti en 1988 Camille Claudel, avec Isabelle Adjani.

Camille est née en 1864. Vingt ans plus tard, elle entre dans l'atelier
d'Auguste Rodin. Elle deviendra sa muse, sa collaboratrice et sa maîtresse.
En 1898, elle le quitte. Très affectée par cette séparation, elle se replie
sur elle-même et peine à vendre ses œuvres.

En 1913, à la demande de sa famille, elle est internée à l'asile
d'aliénés de Montdevergues à Montfavet (près d'Avignon).
Elle y restera pendant trente ans.
Durant toute cette période, sa mère ne viendra jamais la voir et son frère
Paul la laissera dépérir loin du monde.

Était-elle vraiment folle ? On en doute. En 1927, elle écrit une lettre
touchante à son frère : «Je réclame la liberté à grands cris» écrit-elle.

Elle meurt en octobre 1943 à l'âge de 79 ans puis est enterrée au cimetière
 de Montfavet, dans le carré des indigents accompagnée
seulement par le personnel de l'hôpital.

Carré indigents
Carré des indigents.

Quelques années plus tard, ses restes seront transférés dans la fosse commune,
son frère n'ayant pas daigné lui offrir une sépulture.

Aujourd'hui, si vous allez au cimetière de Montfavet, vous pourrez vous recueillir
devant un cénotaphe que l'une de ses arrières-petites-nièces a fait ériger
pour rappeler la mémoire et la présence de son aïeule en ces lieux :

Cénotaphe Camille Claudel

Heureusement, on peut toujours admirer ses œuvres dans de nombreux musées.

Posté par Moutie à 07:16 - Promenades, découvertes - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Une artiste qui n'a pas eu une vie facile

    Posté par Lotus, samedi 19 janvier 2019 à 08:10
  • J'ai eu la chance de voir à Dijon une exposition sur ses oeuvres. Une très grande artiste qui hélas n'a pas eu la chance d'être apprécié à sa juste valeur. Elle est née trop tôt dans un monde d'hommes.

    Posté par christine, samedi 19 janvier 2019 à 08:49
  • Bonjour très touchant votre récit, elle a vécu ,a une époque où les hommes avais encore tout pouvoirs ,de manipuler et de décider du sort des femmes !!!!!

    Posté par Isa, samedi 19 janvier 2019 à 09:03
  • Je ne suis pas arrivée au bout du livre il y a 30 ans, je crois que je n’avais pas la maturité requise. Mais quand je vois une de ses sculptures dans un musée, je flashe avant même de lire l’étiquette, elle se repère de loin par sa puissance. Son frère Paul était conventionnel et timoré, et dans le contexte de l’époque... je doute de l’authenticité de sa pathologie mentale. Elle est décédée dans de vilaines conditions comme beaucoup de résidents des hôpitaux psychiatriques de la dernière guerre.

    Posté par Flore et Berthe, samedi 19 janvier 2019 à 22:54

Poster un commentaire